Lecture de mariage chrétien

Rate this post

Quel texte choisir pour un mariage religieux ?

Tout d’abord, rappelez-vous que si vous allez lire lors d’un mariage religieux, la meilleure chose à faire est de parler d’abord au curé de la paroisse, car tous les textes ne sont pas adaptés pour une cérémonie religieuse.

Après avoir parlé au paroissien, vous pouvez lire toute la Bible pour vous-même ou parcourir les lectures des mariages à la recherche d’un texte qui correspond à ce que vous cherchez.

Après avoir parlé avec le curé de la paroisse, il vous aura donné une idée précise de ce que vous pouvez lire, ou même vous a dit de lire.

La vérité est que je n’ai jamais eu à lire à un mariage religieux, mais peut-être que si je l’avais fait, une bonne lecture religieuse serait celle-ci, la lecture de la première lettre de l’apôtre Paul aux Corinthiens 12, 31-13, 13

Frères:

Et je vais quand même vous montrer un chemin exceptionnel.

Je pourrais déjà parler les langues des hommes et des anges ; si je n’ai pas d’amour, je ne suis qu’un métal qui résonne ou quelques soucoupes qui assomment.

Je pourrais déjà avoir le don de prophétie et connaître tous les secrets et toutes les connaissances, je pourrais avoir la foi comme pour déplacer des montagnes ; si je n’ai pas d’amour, je ne suis rien.

Je pourrais distribuer dans l’aumône tout ce que j’ai et même me laisser brûler vivant ; si je n’ai pas d’amour, il ne me sert à rien. L’amour est patient, affable ; il n’envie pas ; il ne se vante pas et ne se fâche pas ; il n’est ni grossier ni égoïste ; il n’est pas irrité ; il ne compte pas le mal ; il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il apprécie la vérité.

Excuses sans limites, créer sans limites, attendre sans limites, endurer sans limites.
L’amour ne passe jamais. Le don de la prophétie ? Ça finira. Le don des langues ? Ça étouffera. La connaissance ? Ça finira.

Parce que notre connaissance est limitée et notre prophétie est limitée ; mais quand le parfait viendra, le limité prendra fin. Quand j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je me sentais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Quand je suis devenu un homme, j’ai fini avec des choses puériles.

Maintenant nous voyons confusément dans un miroir ; alors nous verrons face à face. Ma connaissance est pour l’instant limitée ; alors je pourrai savoir comme Dieu me connaît.

En 3 mots : foi, espérance, amour demeurent : ces trois-là. Le plus grand est l’amour.
Parole de Dieu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *